Les autres éléments non opérationnels et non cash pour 2016 (-16 millions d’euros) incluent principalement le gain lié à la reprise de la retenue Chemlogics (-49 millions d’euros) l’impact de reprises de provisions pour litiges fiscaux (24 millions d’euros) et d’autres pertes non cash (dépréciations et gains sur cessions).

Les autres éléments non opérationnels et non cash pour 2015 (128 millions d’euros) incluent principalement les coûts liés à l’acquisition de Cytec (36 millions d’euros) et l’impact sur le résultat de reprises de provisions pour litiges fiscaux (84 millions d’euros).