Lorem ipsum dolor sit amet (logo) Lorem ipsum dolor sit amet (logo) Lorem ipsum dolor sit amet (logo) Lorem ipsum dolor sit amet (logo) Lorem ipsum dolor sit amet (logo) Lorem ipsum dolor sit amet (logo)

1 745

1 000 tonnes métriques
Total déchets industriels

0,0187 kg par euro EBITDA

Intensité en déchets industriels dangereux non traités de façon durable

57

Analyses requises sur les remplacements sûrs*

28

analyses requises d'alternatives plus sûres effectuées*

9

analyses suivies d’un remplacement effectif*

* de produits commercialisés contenant des SVHC

Définition

Déchets industriels : déchets provenant de nos activités de production, y compris les déchets d'emballage et de maintenance. Les déchets industriels sont composés d'une partie dangereuse et d'une partie non dangereuse. Les déchets industriels excluent les déchets provenant de nos activités minières (593 kilotonnes sur 2017), qui sont pratiquement exclusivement composés de matériaux inertes remblayés dans la mine.

Déchets industriels dangereux non traités de manière durable : déchets industriels dangereux mis en décharge ou incinérés sans récupération d'énergie.

Substances extrêmement préoccupantes (SVHC) : La liste de référence des SVHC pour l’ensemble du Groupe a été établie en 2015, en définissant trois catégories (noire, rouge et jaune) pour caractériser le niveau de gestion et de contrôle de risque des substances :

  • Liste noire SVHC : font déjà l’objet d’un processus réglementaire d’abandon progressif ou de restriction avec une date butoir connue au moins dans un pays ou une zone ;
  • Liste rouge SVHC : substances actuellement reprises dans des listes réglementaires de substances susceptibles de faire l’objet d’un processus d’autorisation ou de restriction spéciales à moyen terme.
  • Liste jaune SVHC : substances nécessitant une attention particulière, par exemple en cours d’examen par les autorités, des ONG, des scientifiques et des industriels en raison de leurs propriétés dangereuses actuelles ou de leurs effets potentiels.

Notre démarche

Les substances extrêmement préoccupantes (SVHC) sont sujettes à des démarches de gestion dédiées en ce qui concerne les aspects de l’utilisation comme matières premières, la commercialisation et la substitution possible, la manipulation lors du processus de production et la gestion des déchets dangereux. Solvay possède également une stratégie visant à diminuer l'usage des substances dangereuses dans les chaînes de valeur et à tenir à jour une information cohérente relative à la sécurité sur les substances dangereuses.

Solvay gère environ 300 substances extrêmement préoccupantes dans des produits et des matières premières. Les sites tiennent à jour les inventaires SVHC en utilisant une liste de référence actualisée. Ils mettent aussi à jour les études de risque pour toutes les SVHC et, là où c'est possible, les remplacent par des solutions plus sûres. À ce jour, 125 sites de production (comprenant les activités Polyamides) ont vérifié leur inventaire.

De plus, Solvay se concentre sur les déchets industriels et plus en particulier sur les déchets dangereux, en passant par des voies plus durables, qui évitent la décharge ou l’incinération sans récupération d’énergie, et en promouvant le recyclage matériel ou thermique.

Études du risque des substances dangereuses et substitution

Objectif de Solvay :

2020

100 %

des évaluations de risques et des analyses des solutions de remplacement disponibles plus sûres aux les produits commercialisés contenant des SVHC

35 SVHC peuvent être présentes dans un ou plusieurs produits commercialisés. L’analyse de solutions de remplacement plus sûres est requise pour un total de 57 combinaisons de gammes de produits/applications.

Substances extrêmement préoccupantes (SVHC) de Solvay dans les produits vendus

 

 

2017

 

2016

Légende :

(1)

Suivant la liste d’autorisation et celle des substances candidates de REACH (UE) (annexe XIV) SVHC produites par Solvay ou faisant partie de la composition de produits vendus par Solvay dans le monde entier. REACH est un règlement de l'Union Européenne adopté pour mieux protéger la santé humaine et l'environnement contre les risques liés aux substances chimiques.

(2)

Analyse des solutions plus sûres de remplacement pour substitution potentielle à une SVHC Une substance peut être présente dans plusieurs produits

Toutes les SVHC(1)

 

35

 

20

Pourcentage de réalisation du programme d’analyse sur des solutions de remplacement plus sûres aux substances commercialisées(2)

 

49 % (28 des 57 évaluations requises)

 

18% (9 des 49 évaluations requises)

Dont remplacement effectif

 

32% (9/28)

 

 

Ce nombre de SVHC et d’ASA devrait évoluer en raison des changements dans la législation et l’incorporation des produits de Cytec dans la politique de substitution de Solvay.

Des 28 analyses sur des solutions de remplacement plus sûres terminées au 31 décembre 2017 :

  • 9 ont conduit à un remplacement effectif : substitution de SVHC, réduction en dessous du seuil requis ou arrêt de la production :
  • 7 sont toujours en cours (une solution de remplacement identifiée et ayant fait l’objet de pourparlers avec les clients est en attente de mise en place) :
  • 12 solutions de remplacement non disponibles (substitution impossible ou non permise par les réglementations ou non demandée en raison de l'application dans le produit final).

Exemples de processus d’amélioration achevés

Plusieurs produits antimoussants de Solvay contiennent des solvants à base de pétrole qui peuvent contenir des impuretés (par exemple du benzène) ce qui présente un problème de santé lié aux SVHC. La GBU Novecare a travaillé avec des fournisseurs de solvant en Amérique du Nord et en Asie pour confirmer que les qualités fournies pour l’utilisation dans ces formulations Solvay étaient des solvants à base de pétrole de grande pureté, dont le contenu SVHC a été contrôlé et mesuré inférieur au seuil SVHC. Des contrôles améliorés sur les matières premières ont été mis en place.

Exemple de mise en œuvre en cours de solutions de remplacement

Certains tensioactifs de Solvay contiennent du NPE (éthoxylate de nonylphényle) qui pose un problème environnemental. Des produits de remplacement (marque Rhodasurf) ont été développés par la GBU Novecare. À l’heure actuelle, ils sont déjà activement promus et vendus par Solvay. Solvay est au service des clients pour les aider à utiliser des produits de remplacement sans NPE, lorsque leurs propres programmes ou réglementations en matière de développement durable les poussent à investir en R&D pour reformuler leurs produits (peintures, nettoyants industriels etc.).

Indicateurs des déchets et matières dangereuses

Objectif de Solvay :

2020

-30 %

de déchets industriels dangereux non traités de façon durable

Base 2015

En raison de la sortie du périmètre de consolidation de la GBU Performance Polyamides, l’objectif de Solvay pour 2020 en matière de déchets a déjà été atteint et même dépassé en 2017 (l’intensité déchets s’est établie en 2017 à 26 % plus bas que ce que nous aurions atteint en 2020), en dépit de l’intégration de la contribution des deux GBU héritées de Cytec.

Intensité des déchets

En kg par euro EBITDA

 

2017

 

2016

 

2015

Périmètre : Conforme au reporting financier.

Déchets industriels dangereux non traités de manière durable

 

0,0187

 

0,0265

 

0,0241

Volumes absolus

En 1 000 tonnes métriques

 

2017

 

2016

 

2015

Périmètre : Conforme au reporting financier.

Déchets industriels non dangereux

 

1 643

 

1 463

 

1 453

Déchets industriels dangereux

 

101,7

 

194,2

 

202,0

Total des déchets industriels

 

1 745

 

1 657

 

1 655

Déchets industriels dangereux non traités de manière durable

 

41,8

 

50,3

 

47,1

La diminution au niveau du Groupe des déchets industriels dangereux entre 2016 et 2017 (- 92,5 kilotonnes) est due à la sortie du périmètre de consolidation de la GBU Performance Polyamides (- 105,5 kilotonnes), en partie compensée par l’intégration des GBU Technology Solutions (+ 5,3 kilotonnes) et Composite Materials (+ 4,3 kilotonnes). Des augmentations ont été également observées dans les GBU Specialty Polymers (+ 4,3 kilotonnes), Special Chem (+ 3,4 kilotonnes) et Coatis (+ 2,2 kilotonnes). Les déchets industriels dangereux ont diminué dans la GBU Soda Ash and Derivatives (- 3,1 kilotonnes).

Les déchets industriels dangereux pour l’ensemble du Groupe ont augmenté de 180 kilotonnes par rapport à 2016. 75 % de cette augmentation viennent de la GBU Soda Ash and Derivatives, et sont principalement dus à la hausse de la production. Les déchets industriels non dangereux ont diminué de 25 % dans la GBU Specialty Polymers (- 14,6 kilotonnes).

Des 41,8 kilotonnes de déchets industriels dangereux non traités de manière durable en 2017, environ 10 % proviennent des services proposés par le Groupe à des tiers :

  • 2,6 kilotonnes de déchets finaux mis en décharge provenant de la revalorisation de 20 kilotonnes de résidus à Rosignano (Italie) sortis d’incinérateurs externes équipés du système SolvAir ®,
  • 1,3 kilotonne de boues biologiques mises en décharge provenant du traitement d'effluent d’Inovyn au site de Tavaux (France).