Méthodes comptables

Généralités

À chaque date de clôture, le Groupe revoit s’il existe un quelconque indice que ces actifs ont subi une perte de valeur. Si un tel indice existe, la valeur recouvrable de l’actif est estimée en vue de déterminer le montant de la perte de valeur (le cas échéant). S’il est impossible d’estimer la valeur recouvrable de l’actif pris individuellement, le Groupe évalue la valeur recouvrable de l’UGT à laquelle appartient cet actif. Si un mode d’affectation raisonnable et cohérent peut être déterminé, les actifs communs sont également affectés à des UGT prises individuellement ; sinon, ils sont affectés au plus petit groupe d’UGT pour lequel un mode d’affectation raisonnable et cohérent peut être déterminé.

La valeur recouvrable correspond à la valeur la plus élevée entre la juste valeur diminuée des coûts de la vente et la valeur d’utilité. Lors de l’évaluation de la valeur d’utilité, les flux de trésorerie futurs estimés sont actualisés à leur valeur actuelle par application d’un taux d’actualisation avant impôt. Les flux de trésorerie futurs sont ajustés des risques non intégrés dans le taux d'actualisation.

Si la valeur recouvrable d’un actif (ou UGT) est estimée inférieure à sa valeur comptable, la valeur comptable de l’actif (ou UGT) est alors diminuée à sa valeur recouvrable. Une perte de valeur est immédiatement comptabilisée en résultat.

Si une perte de valeur est reprise ultérieurement, la valeur comptable de l’actif (ou UGT) est augmentée à hauteur de l’estimation révisée de sa valeur recouvrable, dans la mesure où cette valeur comptable augmentée n’est pas supérieure à la valeur comptable qui aurait été déterminée (net d’amortissement) si aucune perte de valeur n’avait été comptabilisée pour cet actif (ou cette UGT) au cours d’exercices antérieurs. La reprise d’une perte de valeur est immédiatement comptabilisée en résultat.

Actifs autres que les actifs non courants détenus en vue de la vente

Conformément à la norme IAS 36 Dépréciation d’actifs, la valeur recouvrable des immobilisations corporelles, des immobilisations incorporelles, des UGT ou groupes d’UGT, y compris le goodwill, et des sociétés mises en équivalence correspond à la valeur la plus élevée entre leur juste valeur diminuée des coûts de la vente et leur valeur d’utilité. Cette dernière correspond à la valeur actualisée de flux de trésorerie futurs devant être générés par chaque actif, UGT ou groupe d’UGT et sociétés mises en équivalence, et est calculée à partir des éléments suivants :

  • un plan d’affaires approuvé par la direction, basé sur des hypothèses de croissance et de rentabilité, en prenant en compte les performances passées, les évolutions prévisibles du contexte économique et les développements attendus sur les marchés. Ce plan d’affaires s’étend généralement sur cinq ans à moins que la direction n’estime que ses prévisions sur une période plus longue soient fiables ;
  • la prise en compte d’une valeur terminale déterminée sur la base des flux de trésorerie obtenus par extrapolation des flux de trésorerie de la dernière année du plan d’affaires susmentionné, affectés d’un taux de croissance à long terme jugé approprié pour l’activité et la localisation des actifs ; et
  • une actualisation des flux de trésorerie prévisionnels à un taux déterminé à partir du coût moyen pondéré du capital.

Taux d’actualisation

Le taux d’actualisation est estimé sur la base d’un référentiel étendu par rapport aux pairs afin qu’il reflète le rendement que les investisseurs exigeraient s’ils choisissaient d’investir dans les actifs sous-jacents. Le coût moyen pondéré du capital utilisé pour actualiser les futurs flux de trésorerie était de 6,7% en 2017 (7,2% en 2016). Le taux d'actualisation de 6,7 % est en ligne avec le calcul de 2016, sauf que la réduction du taux d’actualisation a été plafonnée à 50 points de base en 2016 (c’est-à-dire, passant de 7,7 % en 2015 à 7,2 % en 2016) pour éviter une volatilité excessive.

Taux de croissance à long terme

En 2016 et 2017, le taux de croissance à long terme a été établi à 2 %, sauf pour Aroma, où il a été établi à 1 %. Les taux de croissance sont conformes aux taux de croissance moyens du marché à long terme pour les UGT concernées et pour les pays dans lesquels elles opèrent.

D’autres hypothèses clés sont spécifiques à chaque UGT (prix de l’énergie, volumes, marge, etc.).

Généralités

Les tests de dépréciation réalisés au 31 décembre 2017 et 2016 au niveau des UGT n’ont conduit à enregistrer aucune perte de valeur des actifs, les montants recouvrables des (groupes d’)UGT étant significativement plus élevés que leurs valeurs comptables. Plus précisément, sauf autre description plus bas, la différence entre la valeur comptable des (groupes d’)UGT et leur valeur d’utilité (valeur excédentaire restante) représente, dans tous les cas, plus de 10 % de leur valeur comptable. Par conséquent, pour ces (groupes d’)UGT, une modification raisonnable de l’une des hypothèses clés sur lesquelles se fonde le calcul de la valeur recouvrable des (groupes d’)UGT n’entraînerait pas de perte de valeur pour les (groupes d’)UGT concernés.

Dans ce cadre, pour Composite Materials et Technology Solutions, qui sont les UGT résultant de l’acquisition de Cytec fin 2015, l'analyse de sensibilité ci-dessous conduit à des valeurs excédentaires restantes autour de 10 % de leur valeur comptable respective.

Hypothèses :
Taux d'actualisation = 6,7% :
Taux de croissance à long terme = 2% :

 

Valeur recouvrable (en milliards d'euros)

 

Valeur excédentaire restante (en milliards d'euros)

 

 

Composite Materials

 

Technology Solutions

 

Composite Materials

 

Technology Solutions

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sensibilité à une diminution du taux de croissance à long term de 1%

 

–0,6

 

–0,4

 

0,4

 

0,4

Sensibilité à une augmentation du taux de croissance à long terme de 1%

 

0,9

 

0,6

 

1,9

 

1,4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sensibilité à une diminution du taux d'actualisation de 0,5%

 

0,5

 

0,3

 

1,4

 

1,2

Sensibilité à une augmentation du taux d'actualisation de 0,5%

 

–0,4

 

–0,3

 

0,5

 

0,6

Un changement défavorable dans le taux, soit de croissance, soit d’actualisation, comme décrits plus haut ne devrait pas déboucher sur une dépréciation.

RusVinyl

RusVinyl est une coentreprise russe de chlorovinyls (Segment Opérationnel : Performance Chemicals) dont Solvay détient 50 % des capitaux propres conjointement avec Sibur qui détient les 50 % restants.

La valeur recouvrable de l’investissement a été estimée sur la base d’un modèle d’actualisation des dividendes qui tient compte du plan d’affaires le plus récent. Elle est très sensible à l’évolution du cours de change RUB/EUR. Ce taux affecte la valeur comptable de la participation, les pertes de change sur la dette libellée en euro et, par conséquent, le potentiel de bénéfice distribuable. Le test de dépréciation confirme que la valeur d'utilité (reposant sur le modèle d’actualisation des dividendes) est en ligne avec la valeur comptable.

Autres

En 2017, des pertes de valeur ont été comptabilisées sur les actifs conservés en Amérique latine dans l’activité Polyamides (91 millions d'euros).

En 2016, des pertes de valeur ont été comptabilisées principalement sur les actifs suivants : l’usine Soda Ash en Égypte, à la suite de la décision de mise sous cocon (82 millions d’euros – Operating Segment : Performance Chemicals) ; les actifs brésiliens de cogénération d’électricité en raison de conditions de marché difficiles (28 millions d’euros – Segment Opérationnel : Corporate and Business Services) ; les actifs Coleopterre (16 millions d’euros – Segment Opérationnel : Advanced Materials) ; le projet de génération d’électricité par biomasse torréfiée aux États-Unis, à la suite de la décision de sortir du projet (10 millions d’euros – Segment Opérationnel : Corporate & Business Services).

Actifs non courants détenus en vue de la vente

Aucune dépréciation n’a été identifiée touchant les activités classifiées comme des actifs non courants détenus en vue de la vente à la fin 2017.

Le 2 mai 2016, Solvay a conclu un contrat de vente d’actions avec Unipar Carbocloro pour la vente de sa participation détenue dans Solvay Indupa. Durant le troisième trimestre 2016, la juste valeur diminuée des coûts de vente a été revue, de manière à refléter l’impact de la détérioration des conditions de marché sur l’accord. Une perte de valeur de 63 millions d’euros a été reconnue en 2016.