Entretiens avec…

Pourquoi notre démarche RSE est-elle importante pour nos investisseurs ?

L’an dernier, le Rapport annuel intégré avait donné la parole aux parties prenantes du Groupe à travers des interviews individuelles. Cette année, nous mettons en lumière comment Solvay interagit avec celles-ci pour mieux répondre à leurs attentes et créer de la valeur pour elles, pour le Groupe et pour la planète. Dans le cadre de ce dialogue permanent, quatre investisseurs qui suivent le Groupe ont rencontré Karim Hajjar (CFO) et Vincent De Cuyper, membres du Comité Exécutif.

Les participants

Karim Hajjar

Membre du Comité Exécutif et CFO

Vincent De Cuyper

Membre du Comité Exécutif

Arnaud Langlois

Lombard Odier Asset Management

Alix Chosson

Analyste, DNCA-Investment

Anticiper les défis

Les investisseurs ont souhaité mieux comprendre comment Solvay intègre le développement durable dans ses activités et ses investissements. La décision du Groupe de modifier sa procédure d’approbation des investissements pour y intégrer un prix interne du CO2 supérieur à celui du marché (75€ la tonne) constitue un élément significatif de son approche qui vise à encourager les investissements dans des activités plus durables. « Ces investissements peuvent offrir des perspectives de rentabilité inférieures à celles d’investissements standard, » déclare Vincent De Cuyper. « Mais en aucun cas nous n’investissons pour réduire nos émissions de CO2 sans nous assurer que c’est rentable. Nous maintenons toujours une grande rigueur financière dans nos investissements. »

Le Groupe a également évalué l’impact potentiel sur ses investissements, ainsi que les opportunités créées au plan commercial, de son objectif ambitieux de réduire d’un million de tonnes ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2025. Le passage à une approche en valeur absolue a pour but d’aligner l’entreprise sur les efforts entrepris pour décarboner l’économie européenne d’ici 2050. Cela témoigne de la détermination de Solvay à ne pas accroître ses activités au détriment de l’environnement.

Pour moi, il s'agit de générer un retour sur investissement qui soit ajusté en fonction des risques. Il s’agit d’atteindre une harmonie, un juste équilibre entre progresser vers des solutions respectueuses de l’environnement et ne pas consommer une proportion trop importante de capital financier.

Karim Hajjar
Membre du Comité Exécutif et CFO

Le développement durable, un facteur de différentiation pour Solvay

Les discussions ont également porté sur l’outil Sustainable Portfolio Management (SPM) et sur son rôle dans la réduction des émissions de CO2 ou de la consommation des ressources. Les investisseurs se sont intéressés à la manière dont l’outil oriente l’allocation stratégique des ressources et les choix de portefeuille, en évaluant rigoureusement chaque produit selon des critères de durabilité dans toutes ses applications. « Le même produit peut avoir un profil de durabilité différent d’une application commerciale à une autre, » explique Vincent De Cuyper, membre du Comité Exécutif. « Il est donc extrêmement utile de trouver une mesure qui soit précise et relativement simple. » L’outil est dynamique et s’adapte aux évolutions des tendances, notamment la mobilité. Ainsi, les catalyseurs pour le diesel et l’essence aujourd’hui classés en “solutions” deviendraient “neutres” demain, alors que les produits proposés par Solvay pour les batteries et l’électrification des véhicules seraient classées en “solutions”, compte tenu de leur impact positif.

Le dialogue avec les investisseurs a révélé la nécessité pour Solvay d’être encore plus transparent dans sa communication sur son outil SPM, qui explique ses choix stratégiques et le différencie des autres acteurs du secteur.

« Cet outil SPM est un facteur majeur de différentiation. Il témoigne de l’engagement de Solvay pour intégrer la durabilité au cœur même de sa stratégie. Il est essentiel que les entreprises développent ce type d’outils stratégiques qui prennent en compte le long-terme dans les décisions d’allocation des capitaux. »

Alix Chosson
Analyste, DNCA-Investment
Analysts at Solvay's investor update (photo)

Des matières premières plus respectueuses de l’environnement pour des solutions durables

L’engagement de Solvay d’évoluer vers une chimie respectueuse de l’environnement a été un sujet central de la discussion, et a porté dans un premier temps sur l’approvisionnement du Groupe en énergies renouvelables. Dans son usine de carbonate de soude de Rheinberg en Allemagne, le Groupe investit dans une nouvelle chaudière à biomasse, qui réduira les émissions de CO2 de 30 %, soit de 190 kt/an. Des matériaux bio-sourcés sont également utilisés comme matières premières, comme dans les activités Advanced Formulations de Solvay. « Il est plus compliqué d’utiliser ce type de matières premières chez Advanced Materials, » explique Vincent De Cuyper. « Je pense que dans les années à venir, l’accent sera davantage mis sur la possibilité de recycler les matériaux utilisés pour les polymères haut de gamme et pour les composites. » Par exemple, dans les composites thermoplastiques, le Groupe se concentrera sur la recyclabilité des matériaux utilisés pour les applications de haute performance. Avec pour objectif de stimuler l’innovation dans les composites thermoplastiques qui intègrent des matières premières à base de fibres recyclées, capables d’apporter une vraie valeur ajoutée à l’industrie.

« La démarche RSE est très importante car elle permet une approche holistique de la valorisation. Elle offre une représentation plus précise des challenges auxquels est confrontée l’entreprise et des risques susceptibles d’affecter les activités. »

UNE ANALYSTE

Je suis persuadé que les investisseurs vont accorder de plus en plus de valeur aux sociétés qui font des efforts pour intégrer davantage de matières premières renouvelables dans leurs processus de production. Et à mon avis, il est tout à fait acceptable pour certaines entreprises de payer un prix plus élevé pour des produits ou des matières premières ayant une empreinte carbone ou environnementale moins élevée.

Arnaud Langlois
Lombard Odier Asset Management
Analysts at Solvay's investor update (photo)
Analysts at Solvay's investor update (photo)

Faire évoluer les mentalités grâce à l’économie circulaire

Autre sujet abordé, l’économie circulaire, avec la décision de Solvay de devenir Global Partner de la Fondation Ellen MacArthur. Au delà des contacts qu’elle permet d’établir avec des leaders sur le terrain, la Fondation offre un accès à la formation et à l’enseignement.

Le Groupe cherche également des façons d’intégrer l’économie circulaire dans son business model. Même si sa réflexion n’en est qu’à ses débuts, ses investigations portent déjà sur des domaines comme l’amélioration du recyclage des composites ou la récupération des métaux.

Karim Hajjar, Member of the Executive Committee and CFO (photo)

« Être la seule entreprise de chimie représentée au sein de la Fondation Ellen MacArthur n’est pas seulement un sujet de fierté, c’est tout simplement inhérent à notre identité et à notre culture. »

Karim Hajjar
Membre du Comité Exécutif et CFO

Vers un investissement axé sur la Responsabilité Sociale des Entreprises

L’un des échanges a porté sur l’importance de la RSE par rapport aux indicateurs de performance à court terme utilisés par les investisseurs. Karim Hajjar a relevé que les investisseurs n’abordent que rarement le sujet lors des réunions, mais Arnaud Langlois a répondu que, pour lui, cela ne signifiait pas qu’ils ne sont pas intéressés par davantage d’informations sur les réalisations de Solvay dans ce domaine. « Je pense que les publications trimestrielles constituent des jalons qui viennent soutenir une recommandation d’investissement, mais l’objectif est certainement à plus long terme lorsque nous prenons une participation, » dit-il. Emmanuelle Chastenet, Amundi, a ajouté : « Je pense que la plupart des investisseurs, même s’ils ne posent pas de questions sur la RSE, connaissent le positionnement de vos activités ainsi que vos objectifs. »

Dernier point, et non des moindres, les investisseurs ont soulevé l’importance de disposer d’indicateurs RSE de qualité pour apporter de la valeur et les aider à comprendre la société. Ils ont encouragé Solvay à poursuivre sa démarche et à continuer de progresser.

Vincent de Cuyper, Member of the Executive Committee and Climate Supervisor (photo)

« En 2018, une centaine de collaborateurs ont reçu une formation sur l’économie circulaire et les perspectives qu’elle ouvre en termes de business, ce qui constitue probablement l’un des aspects les plus intéressants du programme. »

Vincent De Cuyper
Membre du Comité Exécutif