Définition

Les déchets industriels publiés comprennent les déchets dangereux et non dangereux. Tout deux résultent des activités de production et de Recherche et d'Innovation, et comprenant les déchets d’emballage et de maintenance. L’objectif de réduction des déchets de Solvay se concentre sur les déchets industriels dangereux non traités de manière durable, c’est-à-dire les déchets déversés en décharge ou incinérés sans récupération d’énergie.

La valeur de cet indicateur est fortement corrélée avec la quantité de déchets industriels dangereux ; c’est-à-dire que toute diminution de cette quantité réduit également les indicateurs de performance clés des déchets.

En ce qui concerne les substances dangereuses commercialisées, l’accent est mis sur les substances extrêmement préoccupantes (SVHC) et sur le processus de substitution. La liste de référence des SVHC de Solvay (S-SVHC et liste de référence SRA) a été établie en 2015, en définissant trois catégories (noire, rouge et jaune) pour caractériser le niveau de gestion et de contrôle de risque des substances :

  • Liste noire S-SVHC : substances faisant déjà l’objet d’un processus réglementaire d’abandon progressif ou de restriction en ce qui concerne les utilisations s’appliquant à Solvay, avec une date limite connue, au moins dans un pays ou une zone ;
  • Liste rouge S-SVHC : substances actuellement reprises dans des listes réglementaires de substances susceptibles de faire l’objet d’un processus d’autorisation ou de restriction spéciales à moyen terme.
  • Liste jaune SRA reprend les substances nécessitant une attention particulière. Par exemple, en cours d’examen par les autorités, des ONG, des scientifiques et des industriels en raison de leurs propriétés dangereuses actuelles ou de leurs effets potentiels.

Démarche de gestion

Pour les déchets industriels, et particulièrement ceux qui sont dangereux, Solvay se concentre sur la transition vers des méthodes plus durables, qui évitent la décharge ou l’incinération sans récupération d’énergie, et sur le recyclage matériel ou thermique.

En ce qui concerne les produits commercialisés, dans le contexte des évolutions législatives, un effort particulier est dédié à l’amélioration des connaissances des conditions dans lesquelles les produits sont utilisés, afin d’évaluer tout risque associé à l’utilisation. La préparation de fiches de données de sécurité (SDS) pour l’ensemble des 18 000 produits et le succès des enregistrements REACH reflètent la démarche de gestion de Solvay visant à assurer une gestion des connaissances des produits dans le monde. En ce qui concerne les substances dangereuses, Solvay a décidé de réduire leur utilisation dans les chaînes de valeur et de conserver des informations cohérentes sur la sécurité des substances manipulées sur les sites. Les sites Solvay tiennent à jour leurs stocks SVHC. Les analyses de risques pour toutes les SVHC commercialisées sont en cours et les substances sont remplacées par des solutions alternatives lorsque disponibles.

Indicateurs et objectifs

Déchets

Objectif de Solvay :

2020

-30 %

de l’intensité de déchets industriels dangereux non traités de manière durable

Base 2015

Production de déchets, intensité

En kg par euro EBITDA

 

2018

 

2017

 

2016

 

2015

Périmètre : conforme au reporting financier.

Déchets industriels dangereux non traités de manière durable

 

0,0145

 

0,0180

 

0,0258

 

0,0234

Depuis le début du plan environnemental  (2015-2020), l’intensité en déchets industriels dangereux non traités de manière durable a diminué de 38 %, ce qui signifie que l’objectif de 2020 est déjà atteint. Cette réduction est due à la sortie du périmètre de consolidation financière des activités Performance Polyamides (depuis 2017).

La quantité des déchets industriels dangereux non traités durablement est inférieure de 7,6 kilotonnes (kt) à celle de 2017. Cette réduction significative vient des usines suivantes : Tavaux (-2.7 kt, soit -6,8 %), Saint-Fons (France, -1.3 kt, soit -3,3 %), Rosignano (Italie, -1.1 kt, soit -2,7 %) et Panoli (Inde, -0.5 kt, soit -1,3 %).

À Tavaux, la diminution est principalement due au reclassement du latex PVDC comme déchet industriel non dangereux et d’un ralentissement de la production qui concerne un des réfrigérants. La réduction à Saint-Fons est le résultat de la finalisation de l’élimination d’une ancienne unité de production, fin 2017. L’apparente baisse à Rosignano est due au fait que certains flux de déchets n’ont pas été exprimés en termes de matière sèche pour l’année 2017. Enfin, en ce qui concerne Panoli, la réduction provient d’un taux de production moins élevé pour un des polymères.

Production de déchets, absolue

En 1 000 tonnes métriques

 

2018

 

2017

 

2016

 

2015

Périmètre : conforme au reporting financier.

Les chiffres des années précédentes ont été retraités afin de refléter davantage l’impact des améliorations de la méthodologie.

Déchets industriels non dangereux

 

1 627

 

1 641

 

1 463

 

1 447

Déchets industriels dangereux

 

94,3

 

99,7

 

188,6

 

200,3

Total des déchets industriels

 

1 721

 

1 741

 

1 651

 

1 648

Déchets industriels dangereux non traités de manière durable

 

32,4

 

40,0

 

49,0

 

45,8

Les déchets industriels dangereux ne représentent que 5,5 % du total des déchets industriels de Solvay.

Les déchets industriels dangereux ont reculé de 5.4 kt (-5,4 %) par rapport à 2017. Les plus grosses réductions viennent des sites de Tavaux (-3.6 kt), de Panoli (-2.3 kt), de Rosignano (-1.2 kt), d’Halifax (-1.2 kt), de Torrelavega (-0.7 kt) et de Marietta (-0.5 kt) ; tandis que des augmentations ont été observées à Linne-Herten (1.7 kt) et Salindres (1 kt). L’inclusion de la nouvelle usine de peroxyde d’hydrogène à Jubail (Arabie Saoudite) a contribué à 1.4 kt supplémentaires.

En excluant les éventuelles modifications du périmètre du Groupe, l’ordre de grandeur des variations observées d'une année à l'autre (+/-5 %) dans le volume des déchets n’est pas inhabituel et il est lié à certains problèmes spécifiques liés aux déchets, souvent hors de contrôle, tels que : les cycles opérationnels, les changements réglementaires dans les classifications des déchets, les problèmes avec les sociétés de traitement des déchets, les fluctuations dans la demande de produits dérivés sur le marché, etc.

Le Groupe n’a pas fixé d’objectif sur la quantité de déchets industriels dangereux dans son plan environnemental, même si son ambition est toujours de réduire les volumes quand c’est possible, grâce à des programmes d’excellence (comme ceux en cours à Ospiate et à Zhangjiang).

Les déchets industriels non dangereux représentent 94,5 % du total des déchets industriels de Solvay.

Par rapport à 2017, les déchets industriels non dangereux sont légèrement reculé (-13.5 kt, ce qui ne représente que -0,8 %). Environ 29 % de ces déchets sont aujourd’hui recyclés par récupération des matériaux ou de l’énergie.

À Spinetta (Italie), les déchets industriels non dangereux ont pu être réduits grâce à un projet dans lequel la boue générée au cours d’un stade du traitement des effluents a été transformée en produit commercial au lieu d’être mise en décharge, ce qui contribue à l’économie circulaire. Cette commercialisation a commencé en septembre 2017, et atteindra son plein potentiel en 2019, avec une réduction des déchets industriels non dangereux d'environ 15 kt.

Depuis 2015, les déchets industriels non dangereux ont augmenté de 180 kt (+12,4 %), ce qui est principalement lié aux augmentations de volume de production des activités Soda Ash et Derivatives, pour 110 kt et Special Chem, pour 56 kt.

Alternatives de remplacement pour les produits commercialisés 

Objectif de Solvay :

2020

100 %

des évaluations de risques et des analyses d'alternatives de remplacement pour les produits commercialisés contenant des S-SVHC

Substances extrêmement préoccupantes (SVHC) de Solvay dans les produits vendus

 

 

2018

 

2017

 

2016

(1)

Sur base des listes d'autorisation et celles de substances candidates de REACH (Voy. annexe XIV), les SVHC produites par le Groupe, ou faisant partie de la composition de produits vendus par Solvay à travers le monde. REACH est un règlement de l'Union Européenne adopté afin de mieux protéger la santé humaine et l'environnement contre les risques liés aux substances chimiques.

(2)

L'analyse d'alternatives de remplacement pour une substitution potentielle à une SVHC (une substance peut être présente dans plusieurs produits).

Toutes les SVHC(1)

 

31

 

35

 

20

Pourcentage de réalisation du programme d’analyse sur des alternatives de remplacement aux substances commercialisées(2)

 

39%
(50 des 128 évaluations requises)

 

49%
(28 des 57 évaluations requises)

 

18%
(9 des 49 évaluations requises)

Dont remplacement effectif

 

32% (16/50)

 

32% (9/28)

 

 

Des analyses d'alternatives de remplacement sont planifiées pour un total de 128 combinaisons de gammes de produits/applications. Ce changement dans le nombre des SVHC et des analyses d'alternatives de remplacement entre 2017 et 2018 est dû aux modifications législatives et à l’incorporation des produits de Cytec dans la politique de substitution de Solvay.

Des 50 analyses sur les alternatives de remplacement terminées au 31 décembre 2018:

  • 16 ont conduit à un remplacement effectif : substitution de SVHC, réduction en dessous du seuil requis ou arrêt de la production ;
  • 18 sont toujours en cours (une solution de remplacement identifiée et ayant fait l’objet de pourparlers avec les clients est en attente de mise en œuvre) ;
  • 16 n’ont pas de solution de remplacement disponible (substitution impossible, non permise par les réglementations ou non demandée en raison de l’application dans le produit final).