Définition

Les émissions d’oxyde d’azote et d’oxyde de soufre contribuent à l’acidification de l’atmosphère et de l’eau douce. Les émissions de composés organiques volatiles non-méthaniques (NMVOC) contribuent à la formation d’ozone troposphérique et de smog estival. Ces catégories de substances sont importantes car elles exercent un impact direct sur la qualité de l’air.

Les émissions d’oxyde d’azote des activités de Solvay résultent principalement de la combustion des combustibles fossiles tels que le gaz naturel. Elles sont exprimées comme la somme du monoxyde et du dioxyde d’azote, hors oxyde nitreux (N2O), qui contribue au réchauffement mondial, sans avoir d'impact d’acidification.

Les émissions d’oxyde de soufre (SOx) sont principalement générées par la combustion d’anthracite ou de charbon.

Les composés organiques volatils non-méthaniques sont des composés organiques volatiles (COV) dont le point d’ébullition standard est inférieur ou égal à 250 °C (Directive européenne 1999/13/CE relative aux solvants). Les composés organiques volatiles non-méthaniques sont des COV non méthaniques. Les émissions de méthane de l’activité minière de Solvay sur son site de Green River (Wyoming, United States) ne sont donc pas incluses. Leur impact est intégré dans l’indicateur d’émissions de gaz à effet de serre.

Démarche de gestion

La qualité de l’air est gérée par les systèmes de gestion Santé, Sécurité et Environnement (HSE) déployés par les sites, conformément aux exigences du Groupe.

Solvay s’est engagé à améliorer la qualité de l’air aux niveaux local et régional, en étroite collaboration avec les acteurs locaux. Dans le cadre de son plan environnemental, Solvay se concentre sur les polluants suivants : oxydes d’azote (NOX), oxydes de soufre (SOX), et composés organiques volatils non méthaniques.

Indicateurs et objectifs

Objectif de Solvay :

Objectif de Solvay :

2020

-50 %

d’intensité des émissions d’oxydes d’azote

2020

-50 %

d’intensité des émissions d’oxyde de soufre

2020

-40 %

d’intensité en émissions de COVNM

Base 2015

Émissions atmosphérique, intensité

En kg par euro EBITDA

 

2018

 

2017

 

2016

 

2015

Périmètre : conforme au reporting financier.

Oxydes d’azote – NOx

 

0,0033

 

0,0042

 

0,0059

 

0,0062

Oxydes de soufre – SOx

 

0,0017

 

0,0021

 

0,0028

 

0,0033

Composés organiques volatils non méthaniques – NMVOC

 

0,0024

 

0,0023

 

0,0026

 

0,0035

Depuis le lancement du plan environnemental, en 2015, les intensités d’émission pour les oxydes d’azote, les oxydes de soufre et les composés organiques volatiles non-méthaniques ont respectivement chuté de 47 %, 49 % et 31 %. Cela signifie que plus de 90 % de l’objectif de Solvay à l’horizon 2020 pour les oxydes d’azote et de soufre ont été réalisés en trois ans, et 75 % pour les composés organiques volatiles non-méthaniques.

Émissions atmosphériques, absolues

En tonnes métriques

 

2018

 

2017

 

2016

 

2015

Périmètre : conforme au reporting financier.

Les chiffres des années précédentes ont été retraités afin de refléter l'impact des améliorations de la méthodologie.

Oxydes d’azote – NOx

 

7 365

 

9 432

 

11 115

 

12 148

Oxydes de soufre – SOx

 

3 746

 

4 562

 

5 343

 

6 490

Composés organiques volatils non méthaniques – NMVOC

 

5 344

 

5 173

 

4 941

 

6 780

Les émissions d’oxyde d’azote du Groupe ont baissé depuis 2017 (-2 066 tonnes, soit -22 %), rattrapant l’écart avec les pairs dans le secteur, malgré la nature intensive en énergie des activités de la Global Business Unit Soda Ash & Derivative. Cette progression a été réalisée principalement sur les sites de Devnya (Bulgarie, -1 032 tonnes, soit -11 %) et de Torrelavega (Espagne, -684 tonnes, soit -7 %). À Devnya, la nouvelle chaudière à combustion en lit fluidisé circulant, installée en octobre 2017, a atteint sa puissance totale en 2018. À Torrelavega, l’amélioration a été obtenue en injectant de l’eau dans l’installation de combustion de l’unité de cogénération au gaz à partir du mois d'avril 2018.

Depuis le lancement du plan environnemental (2015-2020), les émissions d’oxydes d’azote ont diminué de 39 %, soit de 13 % par an. Ces changements ont été réalisés grâce aux investissements dans les technologies de réduction des émissions du Groupe.

Depuis 2017, les émissions d’oxyde de soufre de Solvay ont été réduites de 816 tonnes supplémentaires depuis 2017, soit une amélioration de 18 %. Ce résultat a été obtenu grâce à l’installation d’une chaudière  à combustion en lit fluidisé à Devnya en octobre 2017 (-474 tonnes), à la mise en marche d’une nouvelle unité de désulfuration (DeSOx) à Torrelavega en août 2018 (-341 tonnes), et au recours grandissant à des combustibles à faible teneur en soufre comme le gaz naturel et la biomasse sur les sites de Dombasle (-107 tonnes) et de Tavaux (-91 tonnes). L’installation DeSOx , actuellement en fonction à Tavaux, a également été optimisée. Une augmentation de 217 tonnes de SOx a été notée sur le site d’Atequiza (Mexique), ce qui est dû à l’augmentation de la production d’un de leur produits.

Depuis le lancement du plan environnemental (2015-2020), les émissions d’oxydes de soufre ont diminué de 42 %, soit de 14 % par an. Tous ces changements sont le résultat d’investissement dans de nouveaux brûleurs, de nouvelles unités de désulfuration et de l’optimisation des unités déjà en place.

Par rapport à 2017, les émissions de composés organiques volatils non-méthaniques du Groupe ont légèrement augmenté (172 tonnes, soit 3,3 %). Ce changement général s’explique par une augmentation de 100 tonnes (2 %) sur le site de Green River (États-Unis), en raison de variations en glissement annuel dans le montant des gaz s’échappant des mines, et 46 tonnes (0,9 %) sur le site de Zhangjiagang (Chine), ainsi que dans les activités de la Global Business Unit Aroma Performance. Sur le site de Spinetta (Italie), la mise en place d’un programme régulier de détection et d’élimination des fuites a permis de diviser par 4 les émissions R22 (passant de 16 à 4,2 tonnes).

Depuis le lancement du plan environnemental (2015-2020), les émissions des composés organiques volatils non-méthaniques ont diminué de 21 %, soit 7 % par an. L’essentiel de cette réduction est dû à la sortie du périmètre de consolidation financière des activités de Performance Polyamides (depuis 2017).