Le comité sur la stabilité financière (Financial Stability Board) du Groupe de travail du Task Force on Climate-related Financial Disclosure (TCFD) a développé des recommandations sur les risques financiers liés au climat. Ces recommandations peuvent être utilisées par les entreprises afin de fournir des informations aux investisseurs, aux bailleurs de fonds, aux assureurs et aux autres parties prenantes.

Ce groupe de travail a structuré ses recommandations autour de quatre thèmes. Ces derniers représentent les aspects essentiels du fonctionnement des organisations : la gouvernance, la stratégie, la gestion des risques, ainsi que les mesures et objectifs.

Cette section aborde les informations publiées dans le Rapport Annuel Intégré et fournit une auto-évaluation du niveau de conformité du Groupe aux recommandations de la TCFD.

Gouvernance

  • La Charte de Gouvernance d’Entreprise décrit la manière dont le Conseil d’Administration gère les aspects liés à la durabilité. Elle est disponible sur le site Web de Solvay. Le Conseil d’Administration consacre au moins une réunion par an à la revue des tendances dans les questions de développement durable dans le monde, y compris l’analyse des risques et des opportunités liés au changement climatique ;
  • Un Responsable des risques Climat a été désigné au niveau du Comité Exécutif. Il est chargé de veiller à ce que les aspects liés au climat soient bien repris dans la stratégie et les activités du Groupe.

Stratégie

  • Des hypothèses sur le long terme sont présentées dans la description des grandes tendances. Voy. en particulier la description de la tendance de « Raréfaction des ressources et demande accrue de durabilité ». Des hypothèses sur le moyen terme (dans les cinq prochaines années) sont présentées dans la description des marchés principaux de Solvay. Des hypothèses de court terme (un an) sont présentées dans les perspectives du Groupe.
  • Les risques de transition climatique sont décrits dans le chapitre "Gestion de risques". Le Groupe a inclus les risques liés à l’eau dans les risques de transition climatique plutôt que dans les risques physiques, parce que des éléments des risques de transition affectent ceux liés à l’eau (en particulier dans l'évolution législative). D’autres risques physiques liés au climat ne sont pas sur la liste des risques les plus élevés du Groupe, car les « impacts physiques du changement climatique » sont actuellement classifiés comme aspects à matérialité modérée. En 2018, l'accent a été mis sur la définition d’un nouveau plan de réduction des émissions de gaz à effet de serre ; les risques et les opportunités liés au climat seront revus en 2019 ;
  • La méthodologie Sustainable Portfolio Management est utilisée pour évaluer les risques et les opportunités liés à la durabilité pour chaque produit, dans chaque application, avec l'accent sur le long terme. La monétisation de l'impact environnemental des émission de CO2 est fixé à 75 euros par tonnes, et est aligné sur les hypothèses avec un scénario de 2° C. Cette méthode permet à Solvay d’avoir une bonne idée de la résilience de la majorité de son portefeuille de produits et de solutions par rapport au climat. Le Groupe doit extrapoler cette idée au niveau de la stratégie commerciale. Au cours des prochaines années, Solvay a l’intention de finaliser son travail sur cet aspect afin d’identifier les mesures d’atténuation, en se référant aux priorités d’innovation, aux investissements d’équipement et aux actions en portefeuille. Le Groupe publiera sa progression de manière qualitative par la suite.
  • La présentation des risques principaux du Groupe ne fait pas de différence entre les long, moyen et court termes. La quantification des impacts n'est pas publiée.

Gestion des risques

  • Le processus de gestion des risques, des principaux risques ainsi que le processus utilisé pour les classer sont décrits dans le chapitre "Gestion des risques" ;
  • L’analyse des risques et des opportunités liés à la durabilité est effectuée en utilisant la méthodologie Sustainable Portfolio Management, pour chaque produit dans chaque application ou marché, y compris le risque de transition lié au changement climatique.
  • Les « émissions de gaz à effet de serre » ont été identifiées comme un aspect prioritaire dans l’analyse de matérialité du Groupe. Les « risques de transition climatique » ont été identifiés comme faisant partie des risques principaux du Groupe. Les liens entre les principaux risques et les questions de haute matérialité font partie du processus d’analyse de matérialité. Les « risques physiques liés au climat » ont jusqu’ici été classés comme des aspects  à matérialité modérée.
  • L’outil Sustainable Portfolio Management est une norme obligatoire dans les processus clés du Groupe et en particulier dans l’évaluation des projets d’investissement en matière d'équipements, de Recherche et d’Innovation ainsi que d’acquisition et de cession.

Mesures et objectifs

  • Les objectifs stratégiques pour stimuler la création de valeur durable sont décrits dans le tableau de bord de Solvay ;
  • Les émissions de gaz à effet de serre, la consommation énergétique, les mesures et les objectifs de l'outil Sustainable Portfolio Management sont décrits dans le chapitre « États extra-financiers ». En septembre 2018, Solvay a revu sa démarche concernant les émissions de gaz à effet de serre et s’est engagée à réduire ces émissions de 1 million de tonnes métriques d’ici 2025, en améliorant son efficacité énergétique, le mix des énergies, et en investissant dans des technologies propres. En fixant un objectif concret, Solvay est l'un des premiers groupes chimiques à dissocier ses émissions de sa croissance ;
  • Les émissions de gaz à effet de serre Scopes 1 et 2 sont entièrement publiées. Le périmètre de reporting des émissions correspond à celui du rapport financier ;
  • Les émissions Scope 3 liées à des activités en amont sont publiées. Les émissions Scope 3 liées au traitement, à l’utilisation et à la fin de vie des produits vendus sont évaluées qualitativement. Les impacts potentiels significatifs ont été identifiés mais non entièrement quantifiés. Pour cette raison, ils ne sont pas publiés. Cependant, cela n'empêche pas l'entreprise d’en parler avec ses clients afin de garantir que les activités du Groupe réduisent leurs émissions au minimum, de façon responsable.