Méthodes comptables

Les intérêts sur emprunts sont comptabilisés en charges d’emprunt lorsqu’ils sont encourus, à l’exception des coûts d’emprunt directement attribuables à l’acquisition, la construction et la production d’actifs qualifiés (voir note F22 Immobilisations corporelles).

Les pertes ou gains nets de change sur éléments financiers ainsi que les variations de juste valeur des instruments financiers dérivés liés à l’endettement net sont présentés dans « Autres gains et pertes sur endettement net », à l’exception des variations de juste valeur des instruments financiers dérivés qui sont des instruments de couverture dans une relation de couverture de flux de trésorerie et qui sont comptabilisées dans la même ligne que la transaction couverte, lorsque cette dernière affecte le résultat.

En millions d’euros

 

2018

 

2017

Charges d’emprunts

 

–131

 

–172

Intérêts sur prêts et produits de placements à court terme

 

13

 

15

Autres gains et pertes sur endettement net

 

–1

 

–44

Charges d’emprunts nettes

 

–118

 

–201

Coût d’actualisation des provisions

 

–74

 

–89

Impact du changement de taux d’actualisation sur les provisions

 

–3

 

–8

Charges financières nettes

 

–194

 

–298

Des détails sont repris à la note F36 Endettement net.

La diminution des charges d'emprunt nettes s’explique principalement par :

  • La diminution des charges d’emprunt, à la suite (a) du remboursement à maturité (juin 2018) du solde restant de l’obligation EMTN (382 millions d’euros), déjà partiellement remboursée par anticipation en 2017 (118 millions d’euros) et (b) du remboursement partiel par anticipation des deux obligations Cytec en dollars en 2017. En 2017, les charges d’emprunt comprenaient des coûts relatifs à l'accélération de la désactualisation, liés aux remboursements par anticipation, d’un montant de -10 millions d’euros ;
  • La réduction des autres gains et pertes sur endettement net, passant de -44 millions pour l’exercice clos le 31 décembre 2017 à -1 million d’euros pour l’exercice clos le 31 décembre 2018, résultant principalement (a) de l’optimisation de la structure du capital des filiales de Solvay et de la rationalisation des besoins en swaps et (b) des primes uniques d’un montant de -15 millions d’euros liées aux remboursements par anticipation des obligations mentionnées plus haut.

La baisse des coûts d’actualisation des provisions est due principalement aux avantages postérieurs à l’emploi (8 millions d’euros) et aux provisions environnementales (12 millions d’euros) et s’explique principalement par l’évolution des taux d’actualisation applicables (voir également la note F34 Provisions).