En millions d’euros

 

 

 

2018

 

2017

   

Décembre 31

 

Décembre 31

(1)

Étant donné que la dette nette à la fin de la période ne reflète pas encore le produit net à recevoir de cessions d’activités abandonnées, alors que l’EBITDA sous-jacent exclut la contribution des activités abandonnées, l’EBITDA sous-jacent est ajusté aux fins du calcul du ratio de levier. L’EBITDA sous-jacent de Polyamide a été ajouté.

Dettes financières non courantes

 

a

 

–3 180

 

–3 182

Dettes financières courantes

 

b

 

–630

 

–1 044

Dette brute

 

c = a+b

 

3 810

 

–4 226

Autres créances faisant partie des instruments financiers

 

d

 

101

 

89

Trésorerie & équivalents de trésorerie

 

e

 

1 103

 

992

Trésorerie et équivalents de trésorerie totaux

 

f = d+e

 

1 205

 

1 080

Dette nette IFRS

 

g = c+f

 

–2 605

 

–3 146

Obligations hybrides perpetuelles

 

h

 

–2 500

 

–2 200

Dette nette sous-jacente

 

i = g+h

 

–5 105

 

–5 346

EBITDA sous-jacent (derniers 12 mois)

 

j

 

2 230

 

2 230

EBITDA sous-jacent d’Acetow & Vinythai(1)

 

k

 

305

 

236

EBITDA sous-jacent ajusté poour le calcul du ratio de levier(1)

 

l = j+k

 

2 536

 

2 466

Ratio de levier sous-jacent(1)

 

m = -i/l

 

2,0

 

2,2

Évolution du chiffre d'endettement sous-jacent net
(en millions d’euros)

Underlying net debt (bar chart)

La dette nette sous-jacente[2] est passé de - 5,3 millions d'euros en début d’année à - 5,1 millions d'euros suite au désendettement opérationnel qui s’est traduit par la baisse de l’effet de levier de 2,2x à 2,0x. Le paiement du dividende aux actionnaires pour un total de 372 millions d'euros a été largement compensé par la génération de free cash flow.

L’appréciation du dollar US de 4,7% a impacté la dette libellée en dollar US et s’est traduite par une réévaluation de - 90 millions d'euros. Les opérations de fusion/acquisition ont eu un effet net de -28 millions d'euros.

La dette brute sous-jacente était de - 6,3 millions d'euros intégrant les - 2,5 millions d'euros d’obligations hybrides perpétuelles. En juin 2018, Solvay a remboursé des obligations en euros arrivées à maturité pour un montant de 382 millions d'euros. En novembre 2018, Solvay a placé avec succès un emprunt obligataire hybride perpétuel pour un montant nominal global de - 300 millions d'euros, devant répondre aux besoins généraux du Groupe, et offrant notamment la possibilité de refinancer l’emprunt obligataire hybride perpétuel existant d’un montant de - 700 millions d'euros avec une première date de remboursement en mai 2019.

[2] Les charges financières nettes sous-jacentes incluent les coupons des obligations hybrides perpétuelles considérés comme des dividendes en IFRS