Solvay
Rapport annuel intégré 2019

2 888

tonnes métriques
Oxydes de soufre

6 197

tonnes métriques
Oxydes d’azote

4 109

tonnes métriques
Composés organiques volatiles non méthaniques

Définition

L'émission des oxydes d’azote et d’oxyde de soufre contribue à l’acidification de l’atmosphère et de l’eau douce. Les émissions de composés organiques volatils non méthaniques (NMVOC) contribuent à la formation d’ozone troposphérique et de smog estival. Ces catégories de substances sont importantes, car elles exercent un impact direct sur la qualité de l’air.

L'émission d’oxydes d’azote des activités de Solvay résulte principalement de la combustion des combustibles fossiles tels que le gaz naturel. Elle est exprimée comme la somme du monoxyde et du dioxyde d’azote mais sans tenir compte de l’oxyde nitreux (N2O), qui contribue au réchauffement global sans avoir d’impact sur l’acidification.

L'émission d’oxydes de soufre (SOx) est principalement générée par la combustion d’anthracite ou de charbon.

Les composés organiques volatils (COV) sont des composés organiques dont le point d’ébullition standard est inférieur ou égal à 250 ° (Directive européenne 1999/13/CE relative aux solvants). Les composés organiques volatils non méthaniques (COVNM) sont des COV autres que les méthaniques. Les émissions de méthane de l’activité minière de Solvay sur son site de Green River (Wyoming, États-Unis) ne sont donc pas incluses dans l’indicateur COVNM. Leur impact est cependant intégré dans l’indicateur réchauffement climatique.

Démarche de gestion

La qualité de l’air est gérée par les systèmes de gestion Santé, Sécurité et Environnement (SSE) déployés par les sites, conformément à leurs exigences réglementaires et à celles du Groupe.

Solvay s’est engagée à améliorer la qualité de l’air aux niveaux local et régional, en étroite collaboration avec les acteurs locaux. Dans le cadre de son plan environnemental, Solvay se concentre sur les polluants suivants : oxydes d’azote (NOX), oxydes de soufre (SOX), et composés organiques volatils non méthaniques (COVNM).

Indicateurs et objectifs

Objectif de Solvay :

Objectif de Solvay :

2020

-50%

d’intensité des émissions d’oxydes d’azote

2020

-50%

d’intensité des émissions d’oxyde de soufre

2020

-40%

d’intensité en émissions de COVNM

Base 2015

Émissions atmosphérique, intensité

En kg par euro EBITDA

2019

2018

2017

Périmètre : conforme au reporting financier. Les chiffres des années précédentes ont été retraités afin de refléter l'impact des améliorations de la méthodologie.

Oxydes d’azote – NOx

0,0027

0,0035

0,0043

Oxydes de soufre – SOx

0,0012

0,0017

0,0021

Composés organiques volatils non méthaniques – NMVOC

0,0018

0,0019

0,0019

Depuis le lancement du plan environnemental, en 2015, les intensités d’émission pour les oxydes d’azote, les oxydes de soufre et les composés organiques volatils non méthaniques ont respectivement chuté de 57%, 63% et 49% respectivement. Ces performances dépassent déjà les objectifs 2020 que Solvay s’est fixé en 2015. 

Émissions atmosphériques, absolues

En tonnes métriques

2019

2018

2017

Périmètre : conforme au reporting financier. Les chiffres des années précédentes ont été retraités afin de refléter l'impact des améliorations de la méthodologie.

Oxydes d’azote – NOx

6 197

7 704

9 485

Oxydes de soufre – SOx

2 888

3 750

4 573

Composés organiques volatils non méthaniques – NMVOC

4 109

4 252

4 142

L'émission d’oxydes d’azote du Groupe a baissé depuis 2018 (- 1 507 tonnes, soit - 20%), réduisant l’écart avec ses pairs dans le secteur, malgré la nature intensive en énergie des activités de la Global Business Unit Soda Ash & Derivatives. Ces progrès ont été réalisés principalement sur les sites de Torrelavega en Espagne (- 686 tonnes métriques soit - 9,1% au niveau du Groupe), Paulinia au Brésil (- 439 tonnes métriques soit - 5,7%) et Devnya en Bulgarie (- 367 tonnes métriques soit - 4,9%). À Paulinia, la baisse des émissions NOx sont la conséquence d’une transition de combustible (passage du mazout au gaz naturel) et d’améliorations apportées au niveau des brûleurs à gaz naturel. Ces actions ont été entreprises pour satisfaire aux exigences de la nouvelle législation brésilienne. Les progrès réalisés à Torrelavega sont dus à deux chaudières à charbon qui ont été réaménagées avec les systèmes DeNOx au printemps et à l'été 2019 respectivement. La baisse significative de NOx à Devnya est due à l’augmentation du régime de fonctionnement de la nouvelle chaudière à combustion en lit fluidisé circulant. Depuis le lancement du plan environnemental (2015-2020), les émissions d’oxydes d’azote ont diminué de 50%, soit de 13 % par an. Ces changements ont été réalisés grâce aux investissements dans les technologies de réduction des émissions du Groupe.

Depuis 2018, les émissions d’oxydes de soufre de Solvay ont été réduites de 862 tonnes métriques supplémentaires, soit une amélioration de 23%. Ces progrès ont été réalisés principalement sur les sites de Torrelavega en Espagne (- 623 tonnes métriques soit - 16,6% au niveau du Groupe), Atequiza Jalisc au Mexique (- 178 tonnes métriques soit - 4,8%) et Paulinia au Brésil (- 109 tonnes métriques soit - 2,9%). Une légère augmentation a été observée à l’usine de Rasal en Inde (+ 58 tonnes métriques soit +1,5%). Les progrès à Torrelavega sont dus à la mise en place d’un nouveau système de désulfurisation (SolvAir®) sur les chaudières à charbon. La diminution à Atequiza est due à la baisse du volume de production de l’une des substances chimiques produites sur ce site. La contribution de Paulinia à la baisse globale est due au passage du mazout au gaz naturel sur l’une de leurs chaudières. Depuis le lancement du plan environnemental (2015-2020), les émissions d’oxydes de soufre ont diminué de 56%, soit de 14 % par an. Tous ces changements sont le résultat d’investissements dans de nouveaux brûleurs, de nouvelles unités de désulfuration et de l’optimisation des unités déjà en place.

Par rapport à 2018, les émissions de COVNM du Groupe ont légèrement diminué (- 141 tonnes métriques, soit - 3,3%). Cette évolution au niveau mondial est l’effet des améliorations apportées, principalement à Green River (États-Unis), Panoli (Inde), Spinetta (Italie) et des déteriorations notées à Zhenjiang Songl (Chine), Greenville (États-Unis) et Piedmont (États-Unis). La diminution des émissions de  COVNM du côté de Green River est rendue possible grâce à une meilleure récupération du gaz de mine.  A Panoli en Inde, une diminution est la conséquence d’une plus faible demande pour les polymères PEEK/PES. À Spinetta, la diminution est due à une nouvelle technologie propre mise en service pour l’atténuation des CF4. Depuis le lancement du plan environnemental (2015-2020), les émissions de COVNM ont diminué de 40%, soit environ 10% par an. L’essentiel de cette réduction est dû à la session de l’activité Polyamides.

Principales réalisations en 2019

Les améliorations des émissions dans l’air pour les substances sur lesquelles nous nous concentrons sont principalement la conséquence d’investissements dans de nouvelles technologies d’abattement de polluants et d’un passage à des combustibles plus respectueux de l’environnement.