Solvay
Rapport annuel intégré 2019

Méthodes comptables

Généralités

À chaque date de clôture, le Groupe revoit s’il existe un quelconque indice que ces actifs ont subi une perte de valeur. Si un tel indice existe, la valeur recouvrable de l’actif est estimée en vue de déterminer le montant de la perte de valeur (le cas échéant). S’il est impossible d’estimer la valeur recouvrable de l’actif pris individuellement, le Groupe évalue la valeur recouvrable de l’UGT à laquelle appartient cet actif. Si un mode d’affectation raisonnable et cohérent peut être déterminé, les actifs communs sont également affectés à des UGT prises individuellement ; sinon, ils sont affectés au plus petit groupe d’UGT pour lequel un mode d’affectation raisonnable et cohérent peut être déterminé.

La valeur recouvrable correspond à la valeur la plus élevée entre la juste valeur diminuée des coûts de la cession et la valeur d’utilité. Lors de l’évaluation de la valeur d’utilité, les flux de trésorerie futurs estimés sont actualisés à leur valeur actuelle par application d’un taux d’actualisation avant impôt. Les flux de trésorerie futurs sont ajustés des risques non intégrés dans le taux d’actualisation.

Si la valeur recouvrable d’un actif (ou UGT) est estimée inférieure à sa valeur comptable, la valeur comptable de l’actif (ou UGT) est alors diminuée à sa valeur recouvrable. Une perte de valeur est immédiatement comptabilisée en résultat.

Si une perte de valeur est reprise ultérieurement, la valeur comptable de l’actif (ou UGT) est augmentée à hauteur de l’estimation révisée de sa valeur recouvrable, dans la mesure où cette valeur comptable augmentée n’est pas supérieure à la valeur comptable qui aurait été déterminée (nette d’amortissement) si aucune perte de valeur n’avait été comptabilisée pour cet actif (ou cette UGT) au cours d’exercices antérieurs. La reprise d’une perte de valeur est immédiatement comptabilisée en résultat.

Actifs autres que les actifs non courants détenus en vue de la vente

Conformément à la norme IAS 36 Dépréciation d’actifs, la valeur recouvrable des immobilisations corporelles, des immobilisations incorporelles, des actifs comptabilisés au titre du droit d’utilisation, des UGT ou groupes d’UGT, y compris le goodwill, et des sociétés mises en équivalence correspond à la valeur la plus élevée entre leur juste valeur diminuée des coûts de la vente et leur valeur d’utilité. Cette dernière correspond à la valeur actualisée de flux de trésorerie futurs devant être générés par chaque actif, UGT ou groupe d’UGT et sociétés mises en équivalence, et est calculée à partir des éléments suivants :

  • un plan d’affaires approuvé par la direction, basé sur des hypothèses de croissance et de rentabilité, en prenant en compte les performances passées, les évolutions prévisibles du contexte économique et les développements attendus sur les marchés, y compris l’opportunité et les risques découlant des changements climatiques et des réglementations environnementales, comme la suppression progressive de produits. Pour de plus amples détails, veuillez consulter la section Gestion des risques. Ce plan d’affaires s’étend généralement sur cinq ans à moins que la direction n’estime que ses prévisions sur une période plus longue soient fiables ;
  • la prise en compte d’une valeur terminale déterminée sur la base des flux de trésorerie obtenus par extrapolation des flux de trésorerie des dernières années du plan d’affaires susmentionné, affectés d’un taux de croissance à long terme jugé approprié pour l’activité et la localisation des actifs ;
  • une actualisation des flux de trésorerie prévisionnels à un taux déterminé à partir du coût moyen pondéré du capital.

Taux d’actualisation

Le taux d’actualisation est estimé sur la base d’un référentiel étendu par rapport aux pairs afin qu’il reflète le rendement que les investisseurs exigeraient s’ils choisissaient d’investir dans les actifs sous-jacents. Le coût moyen pondéré du capital utilisé pour actualiser les futurs flux de trésorerie était de 6,7 % en 2019 (6,2 % en 2018). L’augmentation du taux d’actualisation en 2019 est liée à la hausse de la prime de risque du pays dans certains pays (Italie, Belgique, Brésil, Russie, Inde, France) et à la hausse du beta levered ajusté.

Taux de croissance à long terme

En 2019, un examen détaillé de l’ensemble du portefeuille d’activités a été mené, donnant lieu à la définition de la stratégie G.R.O.W. et chaque UGT a été attribuée à l’un des trois segments d’activités agiles qui prendront effet à partir de 2020 : Materials, Chemicals et Solutions, aux opportunités de croissance différentes, correspondant aux taux de croissance à long terme du marché desservi et de la position concurrentielle du Groupe sur ces marchés. Le taux de croissance à long terme a été fixé à 2 % pour les UGT du Segment Materials, à 0 % pour le Segment Chemicals, à l’exception de Soda Ash et de Peroxides, pour lesquels un taux de 1 % a été fixé, et à 1 % pour le Segment Solutions (hors Pétrole & Gaz).

En 2018, le taux de croissance à long terme était établi à 2 %, sauf pour Aroma Performance, où il avait été établi à 1 %.

D’autres hypothèses clés sont spécifiques à chaque UGT (prix de l'énergie, volumes, marge, etc.).

Tests de dépréciation 2019

Impact de l’adoption d’IFRS 16 Contrats de location

L’adoption d’IFRS 16 Contrats de location a eu un impact limité sur les actifs auxquels IAS 36 Dépréciation d’actifs s’applique. Au 1er janvier 2019, ces actifs sont passés de 15,2 milliards d’euros à 15,6 milliards d’euros, soit une progression de 3 % en ajoutant les actifs comptabilisés au titre du droit d’utilisation. À la lumière des impacts limités de l’adoption d’IFRS 16, ses conséquences pour les tests de dépréciation étaient insignifiants.

Business Pétrole & Gaz de Novecare

Une grande partie des activités dans le pétrole et le gaz de Novecare est liée au marché du pétrole et gaz non conventionnel nord-américain, et plus particulièrement dans l’étape de fracturation hydraulique. Novecare dessert également d’autres zones (offshore…) et étapes (cimentation, production, séparation…) mais qui ne représentent qu’une petite partie du volume total.

Dans un contexte difficile et incertain sur le marché global du pétrole et du gaz, celui des produits chimiques destinés à la fracturation s’est avéré très volatil. Au cours des deux dernières années, la taille du marché a été considérablement réduite mettant par là-même les volumes et les prix sous pression à mesure que les changements dans l’environnement concurrentiel conduisent à la standardisation du marché. Le positionnement de Solvay dans le pétrole et le gaz (qui comprend les activités issues de Chemlogics et Rhodia) a été touché par deux autres développements qui se sont accélérés et qui ont eu une incidence particulière en 2019 :

  • Déclin marqué des formulations naturelles à base de guar, plus durables et efficientes, mais plus coûteuses. Les clients ont continué à opter pour des réducteurs de friction moins coûteux plutôt que les solutions de Solvay. Nos dernières innovations n’ont pas réussi à inverser la tendance.
  • Accroissement de la pression sur les prix et perte de part de marché, des concurrents étant entrés sur le marché des services dit « du dernier kilomètre », qui était auparavant une source de différenciation, ainsi que sous la pression plus générale exercée sur l’ensemble de la chaîne de valeur induite par la baisse des prix du pétrole et du gaz.

Suite à ces développements, la profitabilité de l’activité dans le pétrole et le gaz s’est considérablement détériorée en 2019. Des actions ont été mises en œuvre, parmi lesquelles le changement de management, l’adaptation des structures de coût et le développement de plans visant à retrouver un niveau de profitabilité qui reflète le nouveau paysage concurrentiel.

Par ailleurs, la revue stratégique en cours a révélé que les anciennes activités de Chemlogics étaient relativement plus résilientes que celles dans le guar issues de l’ancien Rhodia.

Par conséquent, les synergies entre l’activité dans le pétrole et le gaz et les autres activités de Novecare sont désormais peu significatives et les futures opportunités dans le pétrole et le gaz paraissent modestes pour être intégrées dans Novecare, comme c’était le cas précédemment. Conformément à IAS 36 Dépréciation d’actifs, cette conclusion impose que les activités liées au pétrole et au gaz soient isolées dans une Unité Génératrice de Trésorerie et qu’un test de dépréciation soit effectué au niveau des activités dans le pétrole et le gaz et non à l’échelle de Novecare.

Compte tenu de la valeur des actifs liés au pétrole et au gaz dans le bilan et de la valeur actuelle des flux de trésorerie attendus suite au plan de redressement, une perte de valeur de 825 millions d’euros avant impôts (658 millions d’euros après impôts) a été comptabilisée. L’ampleur de cette perte de valeur est exacerbée par l’évolution des taux de change depuis l’acquisition de Chemlogics en 2013 et par l’anticipation d’une faiblesse persistante des prix du pétrole. La demande pour des solutions premium devrait s’en trouver impactée, conduisant ainsi à une valeur recouvrable de l’actif (Unité Génératrice de Trésorerie) inférieure. La valeur recouvrable de l’actif est sa valeur d’utilité avec un WACC de 6,7 %.

La perte de valeur de 825 millions d’euros a été reconnue par classe d’actifs dans le segment Advanced Formulations comme suit : 758 millions d’euros pour le goodwill, 53 millions d’euros pour les immobilisations incorporelles, 9 millions d’euros pour les immobilisations corporelles et 5 millions d’euros pour les stocks.

Sensibilités pour Composite Materials

Composite Materials faisait partie de l’acquisition de Cytec à la fin de l’exercice 2015 (Segment Opérationnel : Advanced Materials). Elle a une valeur comptable de 3,4 milliards d’euros, y compris un goodwill de 1,3 milliard d’euros (voir note F21 Goodwill et regroupement d’entreprises). La valeur excédentaire restante pour Composite Materials (étant la différence entre la valeur d’utilité basée sur les flux de trésorerie actualisés et la valeur comptable) est proche de 0,8 milliard d’euros, soit près de 24 % de la valeur comptable.

La valeur excédentaire restante de Composite Materials est sensible aux changements d’hypothèses liées au taux d’actualisation et de croissance à long terme. Avec les sensibilités ci-dessous, cette valeur excédentaire restante reste positive, même si elle est inférieure à 10 % de la valeur comptable si le taux de croissance à long terme diminue de 1 %.

En milliards d'euros

2019

2018

Hypothèses:
Taux d'actualisation = 6.7%
Taux de croissance à long terme = 2%

Impact sur la valeur recouvrable

Valeur excédentaire restante révisée

Impact sur la valeur recouvrable

Valeur excédentaire restante révisée

Sensibilité à une diminution du taux d'actualisation de 0,5%

0,5

1,3

0,6

1,3

Sensibilité à une augmentation du taux d'actualisation de 0,5%

–0,4

0,4

–0,4

0,3

 

 

 

 

 

Sensibilité à une diminution du taux de croissance à long terme de 1%

–0,7

0,1

–0,6

0,1

Sensibilité à une augmentation du taux de croissance à long terme de 1%

1,0

1,8

1,0

1,8

Le tableau ci-dessous illustre l’analyse du seuil de break-even pour la valeur excédentaire restante de Composite Materials :

 

Taux d'actualisation

Taux de croissance à long terme

 

Taux de base

Taux de break-even

Taux de base

Taux de break-even

2019

6,7%

7,8%

2,0%

0,8%

2018

6,2%

7,1%

2,0%

0,8%

Sensibilités pour Technology Solutions

Technology Solutions faisait également partie de l’acquisition de Cytec à la fin de l’exercice 2015 (Segment Opérationnel : Advanced formulations). Elle a une valeur comptable de 2,0 milliards d’euros, y compris un goodwill de 1,0 milliard d’euros (voir note F21 Goodwill et regroupement d’entreprises). La valeur excédentaire restante pour Technology Solutions (étant la différence entre la valeur d’utilité basée sur les flux de trésorerie actualisés et la valeur comptable) est proche de 0,4 milliard d’euros, soit près de 20 % de la valeur comptable.

À la lumière de l’examen stratégique réalisé en 2019, les prévisions de croissance à long terme pour Technology Solutions ont été révisées (de 2 % en 2018 à 1 % en 2019). Vu que ce changement de prévision a un impact notable sur la valeur recouvrable de Technology Solutions, une analyse de sensibilité a été réalisée.

Avec les sensibilités ci-dessous, cette valeur excédentaire restante reste positive, même si elle est inférieure à 10 % de la valeur comptable si le taux de croissance à long terme diminue de 1 %.

En milliards d'euros

2019

Hypothèses:
Taux d'actualisation = 6.7%
Taux de croissance à long terme = 1%

Impact sur la valeur recouvrable

Valeur excédentaire restante révisée

Sensibilité à une diminution du taux d'actualisation de 0,5%

0,2

0,6

Sensibilité à une augmentation du taux d'actualisation de 0,5%

–0,2

0,2

 

 

 

Sensibilité à une diminution du taux de croissance à long terme de 1%

–0,3

0,1

Sensibilité à une augmentation du taux de croissance à long terme de 1%

0,5

0,8

Le tableau ci-dessous illustre l’analyse du seuil de break-even pour la valeur excédentaire restante de Technology Solutions :

Taux d'actualisation

Taux de croissance à long terme

Taux de base

Taux de break-even

Taux de base

Taux de break-even

6,7%

7,8%

1,0%

–0,2%

Tests de dépréciation 2018

Aucune perte de valeur pour les UGT entièrement consolidées

Les tests de dépréciation réalisés au 31 décembre 2018 au niveau des UGT n’ont conduit à enregistrer aucune dépréciation des actifs, les montants recouvrables des (groupes d’) UGT étant plus élevés que leur valeur comptable. Plus précisément, la différence entre la valeur d’utilité des (groupes d’) UGT et leur valeur comptable (valeur excédentaire restante) représente, dans tous les cas, plus de 10 % de leur valeur comptable. Par conséquent, pour ces (groupes d’) UGT, une modification raisonnable de l’une des hypothèses clés sur lesquelles se fonde le calcul de la valeur recouvrable des (groupes d’) UGT n’entraînerait pas de perte de valeur pour les (groupes d’) UGT concernés.

Reprise de dépréciation liée à une unité de cogénération au Brésil

En 2018, à la suite de l’amélioration des conditions sur le marché, la perte de valeur liée à l’unité de cogénération d’électricité au Brésil, qui avait été comptabilisée en 2016 a été reprise (22 millions d’euros – Segment Opérationnel : Corporate and Business Services) – voir également note F5 Résultats de gestion et de réévaluations de portefeuille, d’assainissements historiques et des principaux litiges juridiques.

Résultats des tests de dépréciation pour les UGT sous contrôle conjoint

RusVinyl est une coentreprise russe spécialisée en chlorovinyles (segment opérationnel : Performance Chemicals) dans laquelle Solvay détient une participation de 50 %, Sibur détenant les 50 % restants.

La valeur recouvrable de l’investissement a été estimée sur la base d’un modèle d’actualisation des dividendes qui tient compte du plan d’affaires le plus récent. Elle est très sensible à l’évolution du cours de change RUB/EUR. Ce taux affecte la valeur comptable de la participation, les pertes de change sur la dette libellée en euro et, par conséquent, le potentiel de bénéfice distribuable. Le test de dépréciation confirme que la valeur d’utilité (reposant sur le modèle d’actualisation des dividendes) est en ligne avec la valeur comptable.