Solvay
Rapport annuel intégré 2019

Méthodes comptables

Conformément à IAS 1 Présentation des états financiers, le Groupe a choisi de présenter deux états, c’est-à-dire un compte de résultats consolidé suivi immédiatement par un état consolidé du résultat global.

Les composantes des autres éléments du résultat global sont présentées avant effets d’impôt liés, en présentant par ailleurs le montant total d’impôt relatif à ces éléments. Les impacts fiscaux sont détaillés dans cette note.

Présentation de l’effet d’impôt pour chaque composante des autres éléments du résultat global

Note : le tableau ci-dessous illustre le total des autres éléments du résultat global pour l’ensemble des actions de Solvay et des participations ne donnant pas le contrôle.

En millions d’euros

2019

2018

Montant avant impôts

Charge (–)/produit (+) d'impôts

Montant après impôts

Montant avant impôts

Charge (–)/produit (+) d'impôts

Montant après impôts

Partie efficace des gains et pertes sur instruments de couverture dans une couverture de flux de trésorerie

–53

1

–52

–61

5

–57

Reclassification vers le compte de résultats

58

 

58

14

 

14

Profits et pertes sur instruments de couverture dans une couverture de flux de trésorerie (voir note F35)

5

1

6

–47

5

–42

Ecarts de conversion survenus dans l'année

141

 

141

241

 

241

Reclassification des écarts de conversion liés à des établissements à l'étranger cédés pendant l'année

–1

 

–1

13

 

13

Ecarts de conversion – Filiales et entreprises communes

140

 

140

255

 

255

Quote-part des autres éléments du résultat global des entreprises associées et des coentreprises comptabilisées selon la méthode de la mise en équivalence qui seront reclassés en résultat net

24

 

24

–34

 

–34

Eléments recyclables

169

1

170

173

5

179

Gains et pertes sur instruments de capitaux propres évalués à juste valeur par le biais des autres éléments du résultat global

3

–2

1

3

 

4

Réévaluations du passif net au titre des prestations définies (voir note F34)

–163

49

–113

26

–4

22

Quote-part des autres éléments du résultat global des entreprises associées et des coentreprises comptabilisées selon la méthode de la mise en équivalence qui ne seront pas reclassés en résultat net

–2

 

–2

 

 

 

Eléments non recyclables

–162

47

–115

29

–4

26

Autres éléments du résultat global

7

48

55

203

1

204

Écarts de conversion

Méthodes comptables

Pour la présentation des états financiers consolidés à la date de clôture, les actifs et passifs des établissements du Groupe à l’étranger sont libellés en euros en appliquant les cours de clôture. Les éléments de produits et de charges sont convertis au cours de change moyen pour la période, sauf lorsque l’application du cours moyen donne un résultat significativement différent de l’application du cours spot à la date des transactions respectives, auquel cas ce dernier est appliqué. Les écarts de conversion constatés, le cas échéant, sont comptabilisés dans les autres éléments du résultat global au titre d’« écarts de conversion ».

Les écarts de conversion sont reclassés de capitaux propres en résultat, en cas de :

  • cession de l’intégralité d’une participation du Groupe dans un établissement à l’étranger, ou en cas de cession partielle impliquant la perte de contrôle sur une filiale qui a un établissement à l’étranger. Dans ce cas, l’ensemble des écarts de change cumulés concernant cet établissement à l'étranger attribuables au Groupe sont reclassés en résultat. Tous les écarts de change attribués auparavant aux participations ne donnant pas le contrôle sont décomptabilisés, mais ne sont pas reclassés en résultat ;
  • cession partielle d’une participation dans un partenariat ou une entreprise associée qui a un établissement à l’étranger, lorsque la participation conservée est un actif financier. Dans ce cas, l’ensemble des écarts de change cumulés concernant cet établissement à l'étranger attribuables au Groupe sont reclassés en résultat ;
  • une cession partielle d’une participation dans une coentreprise ou une entreprise associée ayant un établissement à l’étranger qui continue à être comptabilisée comme coentreprise ou entreprise associée. Dans ce cas, une part proportionnelle des écarts de change cumulés est reclassée en résultat.

Dans le cas d’une cession partielle (sans perte de contrôle) d’une filiale ayant un établissement à l’étranger, la part proportionnelle des écarts de change cumulés est réattribuée aux participations ne donnant pas le contrôle et n’est pas comptabilisée en résultat.

Dans le cas (a) d’une diminution de capital d’une filiale sans perte de contrôle, ou (b) d’une diminution de capital d’une société mise en équivalence ou d’une coentreprise sans modification de la part de la participation détenue dans cette société, aucun écart de change cumulé n’est reclassé des capitaux propres en résultat.

Le goodwill et les ajustements à juste valeur suite à l’acquisition d’un établissement à l’étranger sont traités comme des actifs ou des passifs de l’établissement à l’étranger et convertis dans la monnaie de présentation du Groupe au cours de clôture.

Le total des gains de change s’élève à 164 millions d’euros en 2019, et il concerne uniquement la part du Groupe. Ils sont liés à la réévaluation du dollar américain (115 millions d’euros), du rouble russe (26 millions d’euros), du peso mexicain (12 millions d’euros) et à la dévaluation de la livre britannique (-15 millions d’euros) par rapport à l’euro.

Le total des gains de change s’élève à 220 millions d’euros en 2018, et il comprend :

  • 207 millions d’euros en gains de change, dont 202 millions d’euros pour la part du Groupe ; et
  • le reclassement d’une perte de change d’un montant de 13 millions d’euros, liée principalement à la vente des activités Soda Ash en Égypte, dont 15 millions d’euros pour la part du Groupe.

Les gains de change de 207 millions d’euros sont liés à la réévaluation du dollar américain (289 millions d’euros) et à la dévaluation du réal brésilien (-30 millions d’euros), du renminbi chinois (-24 millions d’euros) et du rouble russe (-25 millions d’euros), par rapport à l’euro.